porn cartoon
cartoon xxx
cartoon porn pic
AGENDA
MANIFESTE : Pour voter un véritable gouvernement européen en mai 2014

 

L’Europe vit des moments décisifs pour son existence conformément au projet historique et à l'esprit qui a animé nos Pères Fondateurs, dont l’essentiel réside dans le dépassement des particularismes, la coopération pour faire face aux enjeux de l’avenir, la défense de la liberté, la démocratie, la primauté du droit et la solidarité.

En cette année où l’Union encourage la citoyenneté européenne, nous engageons les 500 millions de citoyens européens des 28 États qui composent cette communauté politique à renouveler leur conviction dans l’Union européenne, car c’est la seule solution aux souffrances que nous avons éprouvées après six années de la plus grande crise subie depuis la création de l´Union.

Les plus de 25 millions d’européens sans travail, parmi lesquels il y a une génération de jeunes qui, tout en étant qualifiés, ne trouvent pas de travail, ont besoin non seulement de l´espérance, mais aussi de la solution rapide à cette scandaleuse situation. Nous ne pouvons tolérer plus longtemps la perte des valeurs qui permettent une cohabitation en liberté, justice et égalité.

Les réponses que les institutions européennes ont fournies jusqu’à présent, tout en étant des mesures importantes, ne sont pas suffisantes, et surtout, elles ne sont pas aussi rapides que requiert la situation pour résoudre les problèmes des citoyens. Nous ne pouvons pas perdre l’avenir dans un monde qui change à vitesse numérique, alors que nous le faisons au rythme bureaucratique du siècle dernier.

Nous devons récupérer, en premier lieu, la légitime fierté d’avoir mis en place un processus historique de coexistence reconnu par le prix Nobel de la paix et d’avoir surmonté avec succès la division de l'Europe, après avoir détruit le mur honteux qui condamnait beaucoup de nos pays à la tyrannie.

Sans prépotence aucune, il est légitime d’être fiers d’avoir abolie les frontières, d’avoir une monnaie commune et de contribuer d´une manière très important à l’aide des plus défavorisés de notre planète.

Pour ce faire, il faut montrer au monde que l’Union nous rend plus forts, que la pratique de nos valeurs peut dépasser les menaces du populisme, les risques qu’entraînent les propositions de sécession de nos États et les menaces liées aux radicalismes extrémistes qui minent la coexistence et poussent les plus jeunes à la violence, et, également, la situation d’atonie, de chômage et de désespoir par l'encouragement de la nécessaire relance économique.

L’occasion est passée des mots qui ne font que promettre, des décisions apparentes qui ne font que retarder les solutions, des analyses stériles. Il n’y a pas de place pour les calculs d’avantages particuliers ou électoraux. Le moment est venu de la vérité, il y en a des solutions à notre portée, parce que l’Europe a l’intelligence et les ressources nécessaires pour remédier à cette situation. Il faut les mobiliser.

Les citoyens, nous devons nous mobiliser, en allant voter aux élections des membres du Parlement européen, qui se tiendront le prochain mois de mai. De leur résultat dépendra l’orientation des décisions les plus importantes. Une participation massive renforcera le Parlement européen, qui est le canal de représentation le plus direct qui nous avons et qui, depuis le début de la crise, fait pression pour l´adoption des décisions nécessaires.

Nous invitons également les parlements nationaux à s'investir dans cet esprit refondateur parce que l’héritage moral laissé par nos pères fondateurs nous appartient à tous. Les citoyens, les pouvoirs publics, les législateurs et l’ensemble des dirigeants européens doivent être à la hauteur des temps que nous affrontons.

C'est pourquoi nous exigeons aux chefs d’État et de gouvernement, aux dirigeants des institutions communautaires qu´ils n´hésitent pas à prendre les décisions nécessaires non seulement pour sortir de la crise, mais pour asseoir notre Union sur l’avenir.

Avec cet espoir nous pensons qu’il faut faire progresser l’Union, en exploitant toutes les voies qu’offre le Traité de Lisbonne en vigueur et avoir une prévision claire pour les décisions qui pourraient exiger des modifications dans ce traité, dont la réforme — nous en sommes conscients — sera très difficile pour donner satisfaction à une Union à 28 États membres.

Dans le domaine des politiques économiques il est nécessaire d’aider à résoudre la crise de l’euro par l’Union bancaire dans ses trois aspects incontournables: la surveillance complète de toutes les institutions financières à la charge de la BCE; la mise en place d’un Fonds européen de garantie; et une institution commune qui remédie à la situation des établissements financiers qui n’ont pas de réelle possibilité de survie.

Nous ne pouvons plus longtemps supporter une division interne sans accord solidaire entre pays débiteurs et créditeurs. Il incombe à tous de faire ce que nous savons qu’il faut faire pour sortir de ce cercle vicieux. La création d’une Agence européenne de la dette dans la perspective d’un Trésor européen est une étape nécessaire pour rendre effective la solidarité.

Sans union fiscale, il est également impossible de résoudre la crise de la dette souveraine.

C’est la raison pour laquelle un cadre budgétaire intégré est impératif. Cette union fiscale concerne non seulement les budgets nationaux, mais aussi le budget de l’Union. Nous appuyons la défense par le Parlement européen d’un cadre financier cohérente avec les objectifs de la Stratégie 2020 et nous célébrons l’engagement de le réviser après les élections de 2014.

La future nouvelle taxe sur les transactions financières doit avoir la véritable nature de ressource propre de l’Union, pour aller au-delà de la dynamique de pays contributeurs nets et pays bénéficiaires.

Il est également nécessaire, dans le domaine institutionnel, de renforcer l’efficacité et la légitimité démocratique de l’Union européenne. À cette fin, il est nécessaire que la Commission et le Conseil parviennent à améliorer la coopération interinstitutionnelle, en simplifiant le labyrinthe de leurs procédures internes.

Il est, par ailleurs, indispensable que les parlements nationaux s’engagent de façon effective et directe dans les travaux législatifs de l’Union pour préserver l’intérêt général et promouvoir un avenir décent pour les générations futures.

Nous avons un programme qui représente un montant pratiquement symbolique du budget de l’Union européenne, mais qui a un rendement gigantesque afin de faire de l’expérience de la citoyenneté européenne une réalité. Nous parlons du programme Erasmus.

Nous disposons d’un cadre budgétaire pluriannuel pour la recherche, qu’il faut optimiser et renforcer, si nous ne voulons pas nous retrouver sur le fond du sac de l’histoire.

En outre la possibilité est offerte pour un programme novateur et doté de ressources dans la programmation financière pour aider les jeunes à accéder à son premier emploi au moyen de la formation professionnelle et des offres concrètes dans des entreprises, essentiellement dans les PME.

Ces trois programmes sont essentiels. Il s'agit maintenant de savoir comment doter l’Union de moyens pour le financement des grandes infrastructures et réseaux transeuropéens, qui sont aussi importants que ceux qui ont été mobilisés pour les sauvetages de banques.

Citoyens européens:

Contre ceux qui laissent présager une catastrophe, nous devons travailler pour que nous, Européens, exprimons nos vues d'une voix haute et claire sur l’avenir commun aux élections de 2014. Pour ce faire, les forces politiques européennes doivent présenter avec clarté les dirigeants et programmes qui permettront au prochain Parlement européen de voter un VERITABLE GOUVERNEMENT EUROPEEN !

Enrique Baron Crespo : 20e président du Parlement européen, 25 juillet 1989 – 13 janvier 1992

José Maria Gil-Robles et Gil-Delgado : président du Parlement européen de 1997 à 1999

Josep Borrell Fontelles : 26e président du Parlement européen, 20 juillet 2004 – 16 janvier 2007

- Apéro Multilingue #5: Le Portugal, mer. 23 avril 2014

 

- Participez au Quiz-Concours Fête de l'Europe 2014 !

 

À l’occasion de la fête de l’Europe 2014, le rectorat de l’académie de Bordeaux, la Maison de l’Europe Bordeaux Aquitaine (MEBA) et la ville de Bordeaux organisent un jeu concours ouvert aux élèves de 1ère et de terminale scolarisés dans un lycée de l’académie de Bordeaux.

Ce concours est ouvert du 25 mars au 22 avril 2014.

Pour participer, il suffit de répondre individuellement à toutes les questions du concours et de renvoyer le bulletin réponse dûment rempli à la Maison de l’Europe Bordeaux Aquitaine : MEBA - 1 Place Jean Jaurès - 33000 Bordeaux.

 

A L AFFICHE


 

 

  

 Statuts de la MEBA

 

Adhérer à la MEBA

 

MEBA News :
MSG ACCUEIL
MSG RDV
 Mairie de bordeauxla CUB de BordeauxR&aeacute;gion AquitaineUnion EuropeenneUniversité de Bordeaux